NEWS

12/08/2012 De l’argent plein le panier

Battues logiquement par les Américaines en finale (86-50), les basketteuses françaises concluent leur histoire olympique par une médaille d’argent qui fait le bonheur de ce groupe exemplaire.

 

1er octobre 2000. 21 septembre 2006. Deux dates qui ne disent a priori pas grand chose à grand monde. Mais deux dates qui comptent, à l’heure où basketteuses françaises et américaines foulent le parquet de l’O2 Arena. La première, voilà douze ans, rappelle l’ultime participation du basket tricolore à une finale olympique. C’était à Sydney, déjà un France-Etats-Unis et déjà une médaille d’argent qui avait le goût de l’or pour les Rigaudeau, Sciarra et autres Risacher. La seconde, voilà six ans, marque la dernière défaite de l’équipe féminine à la bannière étoilée. C’était contre la Russie, en demi-finale des championnats du monde. Aux Jeux Olympiques, les Américaines affichent même un affolant bilan de 40-0 depuis 1992.

 

Alors, forcément, l’issue de la finale est quasiment écrite d’avance. Surmontée de son monumental chignon bleu-blanc-rouge, Isabelle Yacoubou croque tout de même dans le match comme une damnée. La grande Bleue, révélation du tournoi, se multiplie pour laisser son équipe dans le coup, suppléant l’entame décidée de Sandrine Gruda. A peine entrée, elle trouve deux paniers faciles et bouscule le secteur intérieur adverse. L’éclair rappelle que les Françaises ne sont pas là par hasard. Mais trop vite, la logique reprend ses droits, aidée par une mixture excitation/précipitation qui plonge les coéquipières de Céline Dumerc à 12 points à la mi-temps. Etincelante tout le tournoi, la meneuse de Bourges est asphyxiée par la défense de Diana Taurasi.

 

"C'est juste magnifique"

 

Comme prévu, l’intensité physique des Américaines met au supplice, provoquant pertes de balle et mauvais choix. Comme prévu aussi, malheureusement, les Bleues fébriles finissent par exploser en vol. L’ailière US Candice Parker ouvre des brèches de partout, au grand plaisir de Kobe Bryant et Chris Paul installés dans les gradins (côté français, seul Boris Diaw était venu supporter les filles). L’écart enfle, inéluctablement. Moins 22, puis moins 28, mais le banc est plus souriant que jamais. Le petit nuage sur lequel ont vogué les filles de Pierre Vincent sera finalement argenté. Les basketteuses ont écrit une belle histoire. Tout juste dommage que le dernier chapitre ait été le moins bon de tous. La faute en grande partie à cette intouchable sélection américaine qui martèle sa suprématie depuis vingt ans.

 

A la sirène, les Américaines s’embrassent, les Françaises aussi. Les unes sont invincibles (41e victoire d’affilée aux Jeux), les autres heureuses comme des gosses. « Born in the USA » dans les oreilles, les  Bleues montent sur une deuxième marche du podium qui vaut de l’or pour le basket tricolore. « C’est juste magnifique » avoue les yeux brillants Emeline Ndongue, sans lâcher une seconde sa médaille. « Trop bien, magique même, le fruit d’années de travail » pour Edwige Lawson-Wade et Céline Dumerc, une fois le calme revenu et avant qu’une poignée de supporters n’entonnent spontanément la Marseillaise. Radieuses, les filles chantent à leur tour devant les caméras. En rythme et en sourires, l’argent leur va si bien.

 

 

Photo et texte © Planet Portraits, toute reproduction sans mention du site planetportraits.fr est interdite.

Afficher les articles par tag

Lunettes solaires, Visiofactory.com, l'Optique à prix d'usine !
Soutenez Planet Portraits sur J'aime l'info

Page

Votre compte

Liens