NEWS

02/08/2012 Une France solide et séduisante

JO 2012, Basket / Belle et probante victoire des basketteurs français contre la Lituanie (82-74) ce matin à Londres. Retour sur ce deuxième succès d'affilée et la montée en régime de Tony Parker.

 

 

A Londres, il y a eu les fusées françaises à la piscine. Il y a maintenant les avions bleus (en l’occurrence blancs) dans la salle de basket. L’équipe de France a fourni une deuxième prestation de choix face à la Lituanie. Le tout à une heure à ne pas mettre un basketteur en tenue. 9h du matin, l’heure des braves, pourtant.

Sous les yeux de la légende balte Arvydas Sabonis, les premières minutes sont françaises. Un sans faute, au propre comme au figuré. Défense collective, agressivité vers le cercle, impact physique, tout  y est pour la troupe de Tony Parker, qui change de lunettes en fin de quart-temps. 9h30 et une ola dans les tribunes, ce n’est pas commun, preuve de la qualité du spectacle. La France devant de 4 points, s’en suit le meilleur passage lituanien du match, conduit par l’arrière fuyant Pocius. Moins présents en défense, plus de déchets en attaque, la sélection tricolore subit le jeu mais un contre de Turiaf et un dunk en contre-attaque de Batum relance la machine. Visiblement touché au nez, Flo Pietrus rentre aux vestiaires avant la pause, atteinte 4 points derrière les Baltes (39-41). Le duo Parker/Batum a mis 28 points, il en mettra au final 48 (28 pour Parker, 21 pour Batum).

 

Le deuxième acte est un modèle du genre côté blanc. Le capitaine Diaw fait un chantier colossal au rebond offensif et à la distribution (10 points, 8 passes, 6 rebonds), les Lituaniens déjouent sous la pression défensive. Comme un symbole, les deux grands Diaw et Séraphin se connectent pour un alley-oop et, dans la continuité, Batum éteint Pocius d’un contre mastodon qu’il dupliquera deux actions plus tard.

L’écart grimpe au-delà des dix unités sur un bon passage de Gelabale et de Colo. Même privés de solution, d’adresse et de contre-attaque, les Lituaniens n’abdiquent pas. Mais c’est un Tony Parker discrètement énorme et de retour en grande forme qui annihile toutes velléités de retour.

Le plus dur est fait, avec ces deux victoires probantes contre les adversaires directs pour la deuxième place de la poule. Reste à surfer sur cet élan pour négocier le soi-disant plus facile, contre la Tunisie samedi et le Nigeria lundi.

 

 

La réaction de Tony Parker après-match

 

"Si Boris joue comme ça, on peut aller loin"

 

« Je l’ai dit à mes coéquipiers à la mi-temps : si on ne défend pas, on ne gagnera pas contre les Lituaniens. 43 points encaissés, c’était trop. Par contre 39 points marqués, c’était bien. En deuxième mi-temps, on a mieux défendu tout en continuant à bien attaquer, alternant intérieur et extérieur. Attaquer les défenses de zone ? Depuis que Vincent Collet est là, il a mis de bons systèmes en place, ça ne nous pose pas de problème. Boris Diaw est notre meneur de jeu, nos shooteurs sont en confiance. Personnellement j’ai l’impression de retrouver mes jambes. De toute façon, si je n’ai pas mes jambes, je suis nul aux tirs [sic]. Nicolas Batum et moi allons encore monter en régime. Si Boris joue comme ce matin, on peut aller loin. L’objectif est de terminer deuxième du groupe, pour éviter les Américains en demi-finale. Après ces deux gros matchs (Ndlr, contre l’Argentine et la Lituanie), il faut rester concentrés pour les autres. Mais on a l’expérience pour ça. Aujourd’hui, je vais aller voir le handball et ce soir la natation. Je suis le supporter numéro un de l’équipe de France à ces Jeux ! »

Afficher les articles par tag

Lunettes solaires, Visiofactory.com, l'Optique à prix d'usine !
Soutenez Planet Portraits sur J'aime l'info

Page

Votre compte

Liens