NEWS
PDF
Imprimer
A- A+
Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur LinkedIn

D'une patrie à l'autre

Dublin, portrait de THOMAS MARTIN -  Après des années de croissance vertigineuse, le cycle irlandais s’est brutalement inversé avec la crise financière mondiale : le Tigre Celtique ne rugit plus, beaucoup d’immigrés repartent, l’émigration des ‘cerveaux’ reprend. Une société alsacienne et un Strasbourgeois de 29 ans ont choisi de naviguer à contre courant. Portrait de Thomas Martin, live from Dublin

Du stade de la Meinau à Parnell Park, du bleu ciel et blanc du Racing Club de Strasbourg au…bleu ciel et bleu de l’équipe de Dublin de football gaélique, il y a un monde. Thomas Martin a pour ainsi dire grandi un pied dans chaque camp. Evidemment, son enfance passée à Dachstein -à vingt kilomètres à l’Est de la capitale européenne-, sa scolarité à Molsheim, ses études de sociologie à la faculté bas-rhinoise l’immergent dans le football strasbourgeois. Mais la sphère paternelle de la famille, et surtout un oncle* superstar dans le milieu, lui font découvrir et aimer le sport le plus populaire d’Irlande. Double culture sportive, double culture tout court. Depuis tout petit, Thomas fait dans le mélange des genres, franco-irlandais jusqu’au bout des ongles.

 

Les rêves passent

 

Le père, aujourd’hui ….., a eu un cheminement personnel qui comptera fort dans le parcours initiatique du fils. Orphelin à 14 ans, il choisit de rentrer chez les Pères Blancs. Son année de maîtrise, il a l’opportunité de l’effectuer à la faculté de théologie de Strasbourg. « Mon père me parle de cette étape comme d’un bon moyen de quitter l’Irlande et la pauvreté qui ronge le pays », glisse Thomas. Le travail, et un poste au Département de la Santé, le ramène sur « son » île, avant un intermède de 18 ans comme éducateur au Neuhof. « Il sera par la suite, dans les années 80, l’un des premiers ressortissants étrangers à être fonctionnaire à la Région Alsace ». Pendant ce temps, Thomas vit déjà entre Cork, Dublin et Strasbourg. Il partage son temps entre le Racing, où il fait toutes ses classes footballistiques, sa passion pour les sciences humaines et son envie de découvrir la planète entière. Son rêve de passer pro ne se réalise pas, « tout simplement par manque de niveau, contrairement à certains de mes copains, comme Cédric Kanté » ? Qu’à cela ne tienne, il en provoque un autre : en 2002/2003, le voilà parti pour un tour du monde en solitaire avec escales. Guidé par le plaisir du voyage, des lieux, des rencontres, il progresse d’Egypte en Inde, de Hong-Kong en Australie, des Etats-Unis à Cuba. « Même avec du recul, j’ai encore du mal à y croire, des difficultés à en parler ».

Welcome Ireland

 

Le retour à la vie normale est des plus brutales : une soirée à Madrid, un atterrissage à Paris et, direct, la rentrée comme surveillant d’externat… En parallèle, il enchaîne un master Ethique et Société et un niveau similaire en management du sport. Six mois à collaborer à un projet européen en Turquie vont lui donner des idées. La mission porte sur l’intégration des Kurdes dans la ville méditerranéenne de Mersin, connu pour zone franche. « Le contact avec des gens qui voulaient mener à bien des projets a stimulé mon propre esprit d’entreprise ». Place alors à l’aventure professionnelle, la vraie. Avec son amie*, il opte pour un retour aux sources paternelles, via un programme d’échanges européens. L’opération d’Etat qu’il va accompagner, et que va suivre sa moitié pour devenir guide, a un nom prédestiné, « Fáilte Éireann » (Bienvenue en Irlande, en gaélique). Thomas ne persévèrera pas dans le tourisme. Ses contacts et son savoir-faire informatique le conduisent à rendre service dans la gestion du site Internet de la fameuse association athlétique gaélique (GAA). « Plongé dans cet univers, le plaisir de développer le site avec mon meilleur ami resté en Alsace a vite pris du volume ». La rencontre, fortuite, avec Patrick Rein va conforter cette orientation. L’intéressé est président-fondateur de la société Activis, spécialisée en réalisation et référencement de sites Internet. En pleine croissance, l’entreprise basée à Mulhouse cherche à se positionner sur les îles britanniques, dans une logique de développement à l’international. Thomas Martin est un relais semble-t-il idéal. De quoi mettre Activis Irlande officiellement sur les rails…

 

Touche personnelle

 

La société alsacienne prend le risque du timing, en s’ouvrant au monde anglo-saxon dans une Irlande frappée de plein fouet par la crise. D’accord, Dublin accueille plus que jamais le siège européen, et les dépôts de brevets quotidiens, du géant Google. Mais quid d’Activis ? « Evidemment, le challenge est énorme », juge Thomas. « Dans un pays en crise, la visibilité sur le net et l’optimisation du référencement multilingue tient du vital. Charge à moi d’irlandiser l’image d’Activis et, à court terme…de développer l’affaire ! » Malgré la morosité ambiante dans les rues de la capitale, Thomas compte sur le dynamisme de la vie sociale, sur la spontanéité et l’informalité des échanges « business » made in Ireland pour relever le défi. Déjà, il campe sur deux gros projets, dans le e-commerce alimentaire de luxe et dans l’accompagnement Internet du leader du marché thé et café dans le pays, Bewley’s. Depuis son bureau temporaire mis à disposition par l’homme d’affaires Xavier de Bustos* -en train de finaliser la création d’un Comptoir des PME pour faciliter l’implantation de petites et moyennes entreprises françaises dans l’île-, le Dublino-Strasbourgeois de 29 ans n’en oublie pas ses passions. « Convenir d’un deal entre Activis et l’équipe de Dublin de football gaélique, ce serait le rêve ! » Pas forcément impensable, avec l’oncle bien placé et un sport amateur doucement en train de muer, comme le rugby avant lui, vers le professionnalisme. Oui, le voyage en Irlande de Thomas Martin ne fait que commencer…

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter un commentaire.

 

 

 

 

Afficher les articles par tag

Lunettes solaires, Visiofactory.com, l'Optique à prix d'usine !
Soutenez Planet Portraits sur J'aime l'info

Page

Votre compte

Liens