NEWS
PDF
Imprimer
A- A+
Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur LinkedIn

A la croisée des affaires

Dublin, portrait de XAVIER de BUSTOS - On le présente comme l’actuel spécialiste français de l’économie irlandaise : Xavier de Bustos a certes expatrié son expertise d’entrepreneur et d’analyste, mais il tient à agir de manière plurielle pour promouvoir son pays natal dans son pays d’adoption. Zoom sur un Français au cœur de la tourmente économique au pays du trèfle…

Directeur général -et fondateur- d’une société de conseil en investissements, l’homme d’affaires est du genre touche-à-tout. A 36 ans, Xavier de Bustos a développé sa vision de l’accompagnement stratégique de l’innovation en s’appuyant sur trois filiales qui garantissent aux clients un alliage performant de technologie, de conseils en innovation et de technique pour faire vivre Nathema Group. C’est depuis des bureaux dans Ballsbridge, l’un des chics et des plus branchés quartiers (celui des ambassades) de Dublin qu’il gère son business. Dans le sillage d’une implantation réussie, il se bouge pour promouvoir et développer l’image de la France dans l’île verte.

 

Innover à Dublin

 

Sa carrière professionnelle débute voilà près de quinze ans par une activité singulière, celle de lobbyiste auprès de l’institution européenne à Bruxelles pour la Région Lorraine. A défendre ainsi intérêts et positions de la collectivité, il aiguise au quotidien son analyse politique, son expertise économique et ses aptitudes communicatrices. Autant d’atouts que Xavier de Bustos avait déjà éveillés en transitant par les amphis de Sciences Po Strasbourg. Ses horizons s’élargissent lorsqu’il intègre les rangs des collaborateurs d’Altran, ce géant européen en matière de services à l’ingénierie. Le Meurthe-et-Mosellan, né en Alsace, plonge ainsi dans les arcanes du conseil en haute technologie et de l’accompagnement à la chose innovante. Deux années s’écoulent et le groupe le missionne en Irlande pour y porter une start-up sur les fonds baptismaux. « J’ai initialement vu cette opportunité et ce changement géographique comme un tremplin vers les Etats-Unis », se rappelle l’homme d’affaires. « Mais arrivé sur place en 2001, j’ai rencontré beaucoup d’expatriés américains, leurs témoignages et retours d’expérience ne m’ont pas incité à approfondir… »

 

Expertise spéciale

 

Même une proposition professionnelle à Shanghaï ne le fera pas quitter l’île émeraude. Celle-ci l’a séduite au point où c’est avec famille et bagages qu’il se pose à Dublin, marié à une avocate irlandaise avec qui il a trois enfants. « Depuis le début des années 90, j’y venais régulièrement en vacances ; à chaque fois, je me sentais reposé ». En 2005, Xavier de Bustos concrétise son esprit entrepreneurial en montant sa propre société, Nathema. Aider les inventifs à développer leur innovation par la méthode managériale dite Triz -pour théorie de résolution de problèmes inventifs- s’avère être un créneau porteur. Et ce peut-être encore plus que jamais dans une Irlande passée en quelques mois de 5 à 15% de taux de chômage…

 

Businessman accompli, l’intéressé fait jouer sa connaissance du milieu économique pour servir la promotion de la « France des entreprises » en Irlande. Quant, en 2004, on lui propose de passer conseiller au commerce extérieur, il accepte « pour donner envie à des carrières à l’international ». Aujourd'hui ancien président de la section nationale des CCEF, il mène la charge pour orienter et faciliter l’implantation de PME françaises « sur un marché irlandais réduit, aux besoins énormes et typiquement en phase avec la structure économique de l’Alsace et de la Lorraine par exemple ». Il entend officialiser le lancement d’un Comptoir des PME, où les retours d’expérience auront valeur de conseils stratégiques. Déjà, des entreprises alsaciennes spécialisées ont initié la démarche de « conquête » du marché irlandais.

 

Agir pour la communauté

 

Mais Xavier de Bustos est loin de n’avoir qu’une corde à sa harpe. S’il s’est fait un nom comme expert français de l’économie irlandaise, il tient à sortir de sa sphère de compétences premières pour défendre tous azimuts l’image de la France. Depuis trois ans, il a pris la présidence de l’association des amis de la France en Irlande (ex-AFI), avec l’idée de professionnaliser les opérations. « Nous devons nous faire connaître auprès de tous les Français d’Irlande mais aussi des francophiles, et nous battre pour défendre les intérêts de la communauté. L’Irlande et la France forment un vieux couple qu’il convient de dynamiser ! » Au cœur des préoccupations, le lycée français de Dublin, le seul du pays, « alors qu’il y aurait besoin d’une école française à Cork », glisse Xavier de Bustos.

 

Bâti sur un terrain appartenant à l’Allemagne, intégré dans un campus allemand, géré de manière des plus désorganisés et incohérentes, il a en fait tout d’une école privée irlandaise. Plein de familles françaises n’y mettent donc pas leurs enfants, car bien trop cher. « Le problème est majeur, l’établissement -fréquenté pour bonne part par des élèves allemands, russes ou américains aisés- étant à la limite du finançable et donc proche du dépôt de bilan. Tout est à revoir ». Bon courage… En attendant, Xavier de Bustos s’entretient régulièrement avec l'ambassadeur de France en Irlande, se félicite d'avoir organisé un 14 juillet digne de ce nom dans l'enceinte du nouvel Aviva Stadium, imagine moult scénarii pour montrer que la communauté française existe. Et surtout croise les doigts pour que l’économie de son pays d’adoption se relance as soon as possible.

 

Canada, Australie : les Irlandais repartent

 

En attendant que la crise protéiforme ne s'estompe, il s'affirme en keynésien convaincu et prône la relance par la dépense publique. Après quasiment une décennie sur l'île, il interroge tout de même sa propre confiance en l'avenir de l'économie locale. Céder à la tradition irlandaise de quitter le navire quand les temps sont trop durs ? Pas tout à fait impossible. "J'en saurai plus d'ici au mois de janvier", glisse Xavier de Bustos. Déjà, depuis peu, le nombre de partants supplante nettement celui des entrants. Beaucoup de (jeunes) diplômés initient même une inquiétante fuite des cerveaux. "Et encore, bon nombre sont encore au stade des préparatifs, à destination du Canada et de l'Australie".

 

Malgré tout, le naturel ne quitte pas notre businessman. Titiller l'attractivité économique de l'Irlande et la réaction ne se fait pas attendre. "D'évidence, le pays reste une terre d'opportunités. Car les Irlandais ne savent pas vendre pas cher !" Arrivez avec de nouveaux produits, de nouvelles fonctionnalités, et proposez-les à des tarifs normaux, tel est son message. De la machine-outil aux produits médicaux, de la cosmétique aux salles de bain, les marchés existent, les besoins aussi. Consultant en chef, Xavier de Bustos continue de jouer les VRP de luxe d'une Irlande moribonde mais toujours aussi accueillante.

 

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter un commentaire.

 

 

 

 

Afficher les articles par tag

Lunettes solaires, Visiofactory.com, l'Optique à prix d'usine !
Soutenez Planet Portraits sur J'aime l'info

Page

Votre compte

Liens