NEWS
PDF
Imprimer
A- A+
Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur LinkedIn

Chrétien en Irak : une foi dangereuse

Portrait-témoignage – Supérieur dominicain, le père Nageeb Mekhail officie dans sa ville de toujours, Mossoul. De passage en France, où il a été ordonné en 1987, il se confie sur sa vie de religieux et le calvaire vécu par son peuple…

« L’Irak a besoin d’un homme robuste à la tête d’un gouvernement compris des populations autochtones. Soyons honnêtes, d’un petit Saddam…ou d’un de Gaulle ». A l’évocation de l’avenir de sa patrie, de la bouche d’un Irakien francophile, et francophone, la franchise et les raccourcis peuvent prêter à sourire. Mais Nageeb Mekhail s’en explique avec pertinence : « le pays va vers une division en provinces, chiite, sunnite et kurde. Pour mener à bien cette démarche, et d’abord sortir l’Irak du total abandon dans lequel il se trouve, il faudra un leader à la fois fort et humain ». Lui, le chrétien qui n’attend que le retrait du dernier soldat américain, lui, le croyant dans une nation qui n’en est plus une, lui, l’homme d’Eglise au milieu d’un peuple terrorisé par le fanatisme, incarne l’espoir. « Mieux vaut un gros orage suivi du beau temps que le nuage du désordre tout le temps ».

 

Cheminement spirituel

 

Né voilà 55 ans dans une famille catholique chaldéenne de Mossoul, le futur prêtre lisait déjà des écrits religieux pendant l’adolescence, notamment sur les croyances extrême-orientales. A 17 ans, après une période où il avoue n’avoir cru en rien du tout, mais avoir beaucoup cherché, il choisit le Christ. Normal pour celui dont la langue maternelle était celle de Jésus de Nazareth, l’araméen ? « J’ai surtout essayé de savoir quel était le Dieu le plus efficace dans le monde moderne. J’ai opté pour celui de l’amour ». Malgré tout, ses études scientifiques à Mossoul et Bagdad le conduisent dans les champs pétrolifères du Sud du pays ; il y sera expert en extraction pendant quelques mois. Le temps d’approfondir sa foi, « d’extraire les idées théologique plutôt que l’or noir » et de se mettre au service de la communauté chrétienne. Pour Nageeb, l’entrée dans les ordres passe par les Dominicains. Etudiant, il avait joué de l’orgue dans leur église à Mossoul et admiré leurs prédications…

 

Martyr irakien ?

 

Parmi les frères qu'il est immédiatement amené à côtoyer, il y a des Français. Logique, puisque le vicariat du monde arabe dépend historiquement de la Province de France. Les Dominicains irakiens sont ainsi tous au moins francophones. Nageeb Mekhail va le devenir en rejoignant l'Hexagone pour quatre années d'études théologiques. A Lille puis Strasbourg, il étudie l'histoire des religions, traduit les Ecrits sur l'islam de Saint Jean d'Amascène du grec au français, se lie d'amour pour sa nouvelle terre d'accueil, l'Alsace, et d'amitié avec de nombreux prêtres régionaux. C'est tout naturellement à Strasbourg qu'il est ordonné en 1987 par Mgr Claverie, assassiné en Algérie neuf ans plus tard. « Je figure sur la liste des martyrs », lance même souriant le père Mekhail. Triplement diplômé, en théologie catholique, en pastorale et en histoire des religions, il se retrouve, un mois après son ordination, assigné à l'église latine de Mossoul. Sans hésiter, il rentre dans son pays, encore en guerre contre l'ennemi et voisin iranien. « Tu es fou de revenir en Irak », entend-il alors de tout le monde. Et notamment de sa famille, originaire du Kurdistan et restée à Mossoul.

 

Foi en l’œcuménisme

 

« A mon niveau, la question ne s'est jamais posée. La France ne pouvait être le lieu de mon travail apostolique ». En attendant, comme pour saluer son retour, le voilà à boucler son service militaire. Le prêtre y sera respecter, au point de ne jamais avoir une arme en main et d'enseigner le luth aux officiers. Son devoir civique achevé, place à la communauté de rite latin de Mossoul, dont il est encore aujourd'hui le vicaire, et aux Arméniens catholiques de la ville, pour qui il représente également l'autorité religieuse. En plus de l'action œcuménique quotidienne, le père Mekhail intervient dans deux lieux remplis d'histoire pour le christianisme irakien : au Babel College de Bagdad, où il enseigne depuis 1989 la théologie pastorale, et au séminaire orthodoxe de Ninive, lui qui est né à 10 minutes à pied des remparts de la « ville dépassant les grandes villes ». « Le contact avec les différentes religions a toujours été mon moteur », note le prêtre arabophone. « Mon objectif, réunir la jeunesse chrétienne d’Irak. Ici, malgré les guerres et les persécutions, l’attachement aux églises reste fort. Etre chrétien, c’est ipso facto être croyant ».

 

Communauté de réfugiés

 

Avec la chute de Saddam Hussein et l’arrivée des troupes américaines, la situation des chrétiens irakiens a pourtant profondément changé. Autrefois relativement protégés par le Raïs, la communauté fait partie des premières cibles des groupes terroristes. « Actuellement, on ne peut plus mettre les pieds nul part. Chrétiens comme les Américains, nous serions leurs cousins : voilà le raccourci des fanatiques ». Rien que dans la province de Mossoul, les attentats se succèdent, les victimes, civiles ou policières, aussi. En une décennie, plus d’un tiers de la population chrétienne d’Irak a quitté le pays. Tous les jours, l’exode continue, essentiellement vers le Kurdistan. Des milliers de réfugiés ont fui les enlèvements et les persécutions, sans savoir quand ni où ils reviendront. Venus en France pour réaliser la numérisation de manuscrits des Dominicains irakiens, le père Mekhail et deux laïcs, Nada l’archiviste et Wathiq l’ingénieur, n’envisagent pourtant aucunement de demander l’asile politique. Ils aiment leur terre, même si les sept attaques à la bombe (depuis 2003) sur l’église latine de Mossoul leur font mal au cœur. « L’espoir d’une présence chrétienne respectée et d’une « Liberté, Egalité, Fraternité » à l’irakienne continue de nous faire avancer », glisse en guise d’au revoir le Dominicain, fin prêt pour revenir auprès des siens.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter un commentaire.

 

 

 

 

Afficher les articles par tag

Lunettes solaires, Visiofactory.com, l'Optique à prix d'usine !
Soutenez Planet Portraits sur J'aime l'info

Page

Votre compte

Liens