NEWS
PDF
Imprimer
A- A+
Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur LinkedIn

La victoire des valeurs

SUR LA ROUTE DES 50 ANS / Au printemps 2012, l’usine PSA Peugeot Citroën de Mulhouse sera quinquagénaire. Planet Portraits a souhaité anticiper l’événement avec dix portraits de salariés. En fil rouge, vous retrouverez ainsi le parcours personnel et professionnel de celles et ceux qui font vivre le cinquième site industriel français.

 

A 36 ans, il a passé plus de la moitié de sa vie chez PSA. A 36 ans, il jongle avec cohérence entre activités professionnelles et engagements sportifs. Quelque part entre la Galice et l'Alsace, rencontre avec Miguel Costa, un mec de valeur(s).

Un entraîneur debout sur son banc de touche. L’instantané est surprenant. Calme à l'extérieur, forcément bouillant à l'intérieur, tout juste change-t-il de posture pour jeter un œil au tableau d'affichage ou s’étonner d’une décision arbitrale.

Jeans, baskets, le coach est décontracté. Son polo bleu clair en dit plus sur le personnage. Sous le prénom floqué, un énigmatique « On se souvient de toi Jacques ». Nul besoin de creuser : ce Jacques, c'est le docteur Kentzinger, président fondateur du club de l'AS Coteaux Handball décédé fin 2009.

 

Jouer pour lui

 

A la tête de l'équipe fanion, Miguel Costa est encore ému aux larmes quand il en évoque la subite disparition. « Pour lui, nous jouons. Pour lui, nous devons nous battre pour maintenir du handball dans ce quartier de Mulhouse ».

Les Coteaux, 12.000 habitants dans des tours et des barres. Le foot et le basket en sports phares, mais du hand en Nationale 3. Le club veut se structurer, s’étoffer. Et profiter du vivier populaire pour former la jeunesse. Former, un mot-clé dans le parcours de notre entraîneur.

 

La sienne, de formation, l'a conduit dès ses 15 ans dans l'usine Peugeot de Mulhouse. CAP, Bac Pro, puis BTS en cours du soir, le tout en électromécanique : les diplômes lui ouvrent les portes des promotions internes.

L'électricien de maintenance passe vite responsable d'unité (RU), puis RU polyvalent en mécanique. Ses missions ? Remplacer, accompagner, former. Dans sa bouche, « transmettre mon expérience, m'appuyer sur celle du personnel, faire confiance, être à l'écoute ».

 

Le dialogue, valeur sûre

 

Le débit lent, la syntaxe précise, les explications claires, Miguel Costa associe ses responsabilités au devoir d'être le plus juste possible. Comme une évidence.

Epanoui dans son quotidien, il a l’intelligence de valoriser son vécu au-delà de l'usine. En auto-entreprise, il dispense des heures de formations à la manutention. Une activité en adéquation avec son cœur de métier, dans l'échange et le relationnel.

 

L'entraîneur, le responsable, le formateur, autant de casquettes pour une vision bien à lui : «  Quand quelqu'un est motivé, il sait qu'il peut compter sur moi. Plus que la technique, la stimulation, l’envie et le dialogue sont des notions essentielles ».

Homme de valeurs, Costa se dit père strict avec ses deux enfants de 9 et 10 ans. « Et encore, mon épouse dirait très strict », sourit-il. Très croyant, « mais bien moins pratiquant », il insiste simplement sur « la valeur des choses ».

 

Vigo, mère patrie

 

Sa droiture, il la tient de parents qui ont quitté l'Espagne sous Franco. Père et mère, de milieu pauvre, ont leurs racines en Galice. Père et mère ont travaillé à Peugeot Mulhouse. « Une vie de sacrifice pour les enfants, à avancer par le travail ».

Fan du Celta Vigo -la maison familiale est à Chapela, dans la banlieue Nord de la plus grande ville de Galice-, le fils reproduit ce modèle sur la génération suivante. Parlez-lui de l'Espagne, et, le regard pétillant, ses mots chantonnent comme par magie aux rythmes castillans.

 

Evoquez Santiago de Compostela, et il promet de faire le pèlerinage depuis le Puy-en-Velay « dans les dix ans ». Enfin, relancez le sujet Peugeot et il bifurque vers…le handball : depuis ses 18 ans, joueur puis entraîneur, il n’a pas quitté l’équipe corpo de l’usine.

Sur les terrains, l’ACS Peugeot/Citroën Mulhouse a glané des trophées nationaux et européens à la pelle, le dernier en juin de cette année. Aux manettes, le duo Miguel Costa-Serge Beyer tire la quintessence d’une bande de potes.

 

Hauts et bas

 

Les joies s’enchaînent, comme ce titre continental des entreprises en 2009, en Croatie, en finale contre des Croates, avec des arbitres croates s’il-vous-plaît. « Cinq pénalties sifflés contre nous sur les cinq premières actions. Et cinq arrêts de notre gardien ! »

A ces hauts inoubliables s’accrochent pourtant des bas douloureux. Une première rupture des ligaments croisés met un frein à sa carrière de joueur. Bis repetita il y a un mois, le même genou fait crac. « Place à la pétanque », lâche Miguel Costa pince-sans-rire.

 

Plus sérieusement, avec la modestie d’un pèlerin et la passion d’un gamin, il se consacre à « son » AS Coteaux. La preuve en direct d’un derby de Nationale 3. Echauffourée dans les tribunes, fin de match irrespirable.

Et une victoire, la première de la saison, d’un petit but. Discret, incontournable, l’entraîneur lâche un immense soupir de soulagement à la sirène. Une façon de dire que l’aventure est loin d’être finie.

 

 

Légende photo : Entraîneur sur les terrains de handball, en mission de coaching au centre de production PSA ; ici Miguel Costa (à gauche) avec Cédric, un « jeune ingénieur et cadre (JIC) », dans l’unité d’usinage de pièces de révolution.

 

Photo et texte © Planet Portraits, toute reproduction sans mention du site planetportraits.fr est interdite.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter un commentaire.

 

 

 

 

Afficher les articles par tag

Lunettes solaires, Visiofactory.com, l'Optique à prix d'usine !
Soutenez Planet Portraits sur J'aime l'info

Page

Votre compte

Liens