NEWS
PDF
Imprimer
A- A+
Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur LinkedIn

Pèlerin au nom des autres

SUR LA ROUTE DES 50 ANS / Au printemps 2012, l’usine PSA Peugeot Citroën de Mulhouse sera quinquagénaire. Planet Portraits a souhaité anticiper l’événement avec dix portraits de salariés. En fil rouge, vous retrouverez ainsi le parcours personnel et professionnel de celles et ceux qui font vivre le cinquième site industriel français.

 

Mulhouse-Nice, Mulhouse-Hendaye, Mulhouse-Pointe du Raz : cherchez un point commun à ces traversées de l'Hexagone et vous tomberez sur un responsable d'unité à l'usine d'emboutissage. Yves Ziegler, 53 ans, randonne comme il travaille, dans l'altruisme et le défi.

Les bâtons sont plantés. La photo-souvenir est prise. Après avoir rythmé son périple, le son de David Guetta retourne dans les discothèques. Hendaye, fin de la route. Yves Ziegler vient de faire la France en diagonale.

1.045 kilomètres à pied, pour user les souliers. 33 kilomètres par jour, un sac de 21 kilos sur le paletot, pour modérer les ardeurs. Mais pourquoi tant de peine ? « Il me fallait un élément déclencheur, ce fût l'idée de relayer le message du don d'organes en marchant à travers le pays ».

 

Héritage paternel

 

Cet été, 32 jours durant, il va jouer les pèlerins des temps modernes. Sans coup férir mais au bout de lui-même, il rallie le Pays Basque. « J'ai eu une forme extraordinaire jusqu'au panneau Hendaye. Puis plus rien. J'étais d'un coup comme lessivé. L'adrénaline est retombée en un instant, mon corps a dit stop ».

Larges épaules, yeux hyperactifs, mains imposantes comme les pattes d'un plantigrade, Yves Ziegler est un sportif à part entière. Il avale les hectomètres depuis qu’il sait marcher.

 

Dans le sillage du père, le gamin a découvert la montagne et ses sentiers. En sa mémoire -il rêvait d’aller à Nice à pied mais est décédé avant-, le fils rallie la Promenade des Anglais après 800 kilomètres de randonnée sur le GR5.

Un collègue de travail l’accompagne, comme pour faire ressortir l’autre facette du personnage. Celle du diplômé en mécanique d’entretien, qui a connu la fin d’un des grands noms de la machine textile à Mulhouse.

 

Travail bien fait

 

Celle aussi du spécialiste de la maintenance en poste aux Ateliers Centraux des Mines de Potasse d’Alsace. Celle enfin du chef d’équipe qui intègre le centre de production PSA Peugeot-Citroën de Mulhouse en mars 1999.

La maintenance dans l’usine d’emboutissage, voilà son univers depuis. Un univers qui varie du micron au mètre, du roulement à bille à la presse démesurée.

 

« Je travaille trois jours par semaine (Ndlr, en « VSD », soit vendredi, samedi et dimanche) ». A ses ordres, une équipe d’une dizaine de personnes, qu’il tient à manager dans la simplicité.

« Il faut maîtriser son sujet, s’intéresser à ce que tout le monde fait, être là quand il y en a besoin ». Sa qualité première ? La franchise, l’honnêteté. Une preuve ? « Je suis sûr de ne pas voler mon salaire », lance-t-il entre d’autres réflexions au fil de son débit de parole rapide.

 

Vite, plus vite

 

Parlez-lui de Peugeot et vous ne l’arrêterez plus. Le responsable d’unité a même l’œil critique du salarié chagriné par certaines lenteurs du « système PSA ».

L’impatience, sans surprise, est le défaut qu’il se reconnaît. Autant à l’usine que sur les sentiers où il crapahute dès la blouse déposée, Yves Ziegler aime quand ça va vite.

 

Son périple Wittenheim-Hendaye, il l’a conclu de nuit, trop pressé qu’il était d’en finir. L’été pas encore digéré, il a déjà commencé à dessiner le tracé de son prochain challenge.

Si son patron valide, ce sera en 2013. A l’Ouest toute, direction la Pointe du Raz. « Ma démarche changera, je le ferai pour encourager le don du sang et compterai sur des associations pour me loger sur le parcours. Non à la quête d’argent, oui au message et au civisme ! »

 

Marche ou danse ?

 

Donnée inchangée, elle, la bienveillance de l’épouse Michèle ne fera pas défaut. Pendant que le mari marche, elle s’adonne à sa passion pour la danse country. Et si on changeait les rôles, juste une fois ?

« Je vais faire un effort, promis, pour danser un petit peu », sourit le mari. « Mais quand je randonne, je n’écoute pas ce genre de musique… »

Le bon rythme, écouteurs scotchés aux oreilles, il le trouve sur de la dance ou du groove. Histoire aussi de s’évader quand les éléments extérieurs ne sont pas favorables, comme lors de la traversée des Landes, aux paysages de massif forestier ravagé par la furie de Klaus.

 

« Un tel spectacle impose l’humilité face à la nature ». C’est donc sans fausse modestie qu’on apprend au fil de la rencontre, au détour d’un éclat de rires, qu’Yves Ziegler a déjà gravi plusieurs fois le Mont-Blanc et le Teide aux Canaries.

Mais aussi qu’il randonne chaque mercredi en tête d’un groupe de retraités. A bientôt 54 ans, lui y songe déjà, à la retraite : il entend découvrir toute la France avec Michèle. « En voiture ou en camping-car », précise-t-il. Bonjour la paresse...

 

 

Le blog du périple jusqu'à Hendaye : http://dondorganes.over-blog.fr/

 

 

Photo et texte © Planet Portraits, toute reproduction sans mention du site planetportraits.fr est interdite.

 

 

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter un commentaire.

 

 

 

 

Afficher les articles par tag

Lunettes solaires, Visiofactory.com, l'Optique à prix d'usine !
Soutenez Planet Portraits sur J'aime l'info

Page

Votre compte

Liens