NEWS
PDF
Imprimer
A- A+
Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur LinkedIn

Le jouet comme art de vivre

Strasbourg / Voilà un enfant devenu artisan. Ou un artiste resté gamin. En tout cas un autodidacte passé expert. Denis Sainteff est l'unique restaurateur de jouets anciens en France. Rencontre.

Ulysse a toujours été casanier. C’est son maître qui a voyagé. Ulysse est sourd et plein de rhumatismes. C’est son maître qui lui facilite ses vieux jours. Le matou de 17 ans et Sainteff, trois fois son âge, forment un couple détonnant.

Pendant que le second raconte sa vie, le premier veut aller sur une étagère. Sous ses airs bourrus, le second s’interrompt et porte le premier. Attendrissant. Ainsi va la vie au rez-de-chaussée d’une modeste demeure mitoyenne, dans un quartier populaire de Strasbourg.

 

Bûcheron, palefrenier…

 

A l’étage, où Ulysse ne va sans doute plus, la réalité est autre. L’atelier du maître vaut le détour. Maître ès jouets anciens, s’entend. Une carcasse de navire de guerre patiente avant rénovation. Un carrosse miniature s’est fait une place. Autour, le fourbi organisé.

Des pots de peinture par dizaine, des pièces de tôle par centaine. Une maquette d’Airbus, autrefois accrochée dans un aéroport. Des tiroirs remplis de pneumatiques, de pare-chocs, de roues en plomb. Citroën, Meccano, JEP, Dinky Toys, les marques jouent ensemble.

 

Au milieu, Denis Sainteff sourit en coin : « A l’origine, je suis restaurateur d’art. Je travaillais pour les Arts Décoratifs à Paris ». A l’origine, il est plein de choses. Tout et rien. Bûcheron, VRP, routier, palefrenier, que n’a-t-il fait ?

Un père inspecteur à l’Apave, une mère secrétaire chez Prisunic. Pour une enfance à Lunéville, pendant laquelle personne ne lui « a appris à fixer une ampoule ». Sainteff sera autodidacte ou ne sera pas. Bricoleur plus qu’intello, mais malin comme un singe.

 

Drôle de carrière

 

Une expérience à Tahiti à fabriquer des bateaux de course, et la carrière de l’artisan est lancée. Après les Arts Décos, voilà que Tomi Ungerer impose qu’il restaure des objets de sa collection. Puis un contrat pour retoucher les automates du musée Unterlinden.

Le jouet ancien devient sa passion. L’artisan devient artiste. A Strasbourg, en 1992, il ouvre magasin et atelier sur les quais, se fait une réputation à travers la ville, le pays, le continent. « Le ‘restauré par Denis Sainteff’ apporte semble-t-il une valeur ajoutée ». Faussement modeste, vraiment unique.

 

Après 17 ans de commerce, il ferme boutique, solde ses tonnes de jouets et transfert son atelier à la maison. De partout, les jouets à réparer affluent encore. Des clients collectionneurs, surtout, « qui cherchent la perfection que j’exige de moi ».

A la fois forgeron et peintre -« rien ne vaut les peintures préparées soi-même, avec des pigments d’Asie notamment »-, Sainteff reste l’archétype du touche-à-tout.

 

Le passé, cette passion

 

Il accepte les sollicitations des antiquaires, se passionne pour l’art chinois depuis une visite au British Museum. Il fabrique…des motos (dont une trône entre cuisine et salon !), adore la taxidermie. Sa vie est un jeu, surprenante, déroutante même.

Unique repère, les jouets continuent d’assurer ses subsides. « Et encore, je pourrais restaurer plus. Mais je suis fainéant ». Drôle de discours pour celui passé officiellement expert en jouets anciens et en art forain. Ils sont deux comme lui en France.

 

Amoureux de la qualité, il prend plaisir à évaluer des pièces rares destinées à des ventes aux enchères. Son univers, c’est définitivement le passé. Les jouets d’avant 1914, notamment, « et une forme de naïveté perdue avec les guerres ».

Son franc-parler rend Denis Sainteff attachant. Autant que son incapacité à se trouver le moindre défaut. Massif, il inspire le respect sans avoir à ouvrir la bouche. « Mais je suis un gentil », clame-t-il en gratouillant la grosse tête d’Ulysse.

 

 

Photo et texte © Planet Portraits, toute reproduction sans mention du site planetportraits.fr est interdite.

Commentaires

Par chantal le 17/11/2011 à 07h38

On aimerait et connaître la personne et toutes ses "résurrections" d'un passé qui rappelleraient tant de choses à une nouvelle grand'mère!!!

Ajouter un commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter un commentaire.

 

 

 

 

Afficher les articles par tag

Lunettes solaires, Visiofactory.com, l'Optique à prix d'usine !
Soutenez Planet Portraits sur J'aime l'info

Page

Votre compte

Liens