NEWS
PDF
Imprimer
A- A+
Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur LinkedIn

Nuit noire sur les vendanges

Viticulteurs alsaciens, Jacky et Olivier Bauer ont clôt la récolte de l’année par une vendange nocturne, dite de Lune noire. Une fin de saison des plus originales au cœur d’un vignoble Grand Cru…et l’avant-goût d’un vin exceptionnel ! Portrait d'une pratique pas si obscure qu'il n'y paraît

À gauche, à droite, devant, derrière, des vignes du Grand Cru Zinnkoepflé et des murets anciens. La petite équipe de vendangeurs s’arrête enfin. Au menu, plongeant sur le terrain de football du village viticole de Westhalten, une parcelle de douze ares. Ça papote, ça rigole et ça part à la chasse au matériel nécessaire, sécateurs et seaux. Seul bémol, et il est de taille, on n’y voit fichtrement rien ! Bienvenue aux vendanges de la Lune noire.

 

La plus sympa


« Qui n’a pas sa frontale », s’époumone Olivier Bauer. Pour cette vendange bien spéciale, l’éclairage portatif est d’une rare utilité. Il est 19h30, la lune est absente du ciel alsacien. Une vingtaine de fanatiques vont s’atteler à la récolte la plus étonnante et peut-être la plus sympathique de l’année. Triés sur le volet, amis, copains viticulteurs et clients de la famille Bauer ne boudent pas leur plaisir. La légende collective vante les mérites de cette phase lunaire sur la qualité du raisin. En 2007, le jeune viticulteur cherche confirmation et se laisse tenter par une vendange nocturne, un soir de Lune noire.

 

Au boulot !

 

Pour faciliter la récolte dans l’obscurité, les raisins pourris ou pas mûrs ont été enlevés au préalable. Récolter de nuit demande une certaine logistique, surtout que le repas d’après-vendanges est à un horaire plutôt inhabituel, autour de 22h30. Mais il sera rehaussé par la dégustation du « Lune Noire 2009 ». Avant ça, il y a du boulot, des grappes à détacher, des seaux à remplir à la lumière des lampes frontales. Les premiers chants retentissent.

 

Fabienne, 10 ans, vendangeuse nocturne

 

David, venu d’un village voisin, savoure l’instant : « récolter de jour, ça c’est du travail. La nuit, on est dans la détente et la convivialité. Voilà deux semaines que les vendanges classiques sont terminées, on en a de nouveau dans les cuisses ». A quelques encablures de lui, Fabienne, 10 ans, donne du sécateur tout sourire. La cadette du groupe n’a pas l’impression de travailler, elle « s’amuse ». Surtout, elle aura le droit de tremper les lèvres dans la cuvée 2009. Un honneur qu’elle anticipe avec des étincelles dans les yeux.

 

Le jour et la nuit

 

Au milieu de ses troupes, Olivier Bauer distille les consignes. Pour lui, la Lune noire, c’est du sérieux. « Je le dis, je le répète, ce n’est pas une légende. Mon père m’a pris pour un extra-terrestre la première fois où je lui en ai parlé. L’an dernier, j’ai voulu en avoir le cœur net : nous avons vendangé la moitié d’une parcelle le jour, l’autre moitié le soir de Lune noire, soit à douze heures d’intervalle à peine. Nous avons réalisé une fermentation séparée. Au final, c’est…le jour et la nuit, notamment question de goût ! Le vin de Lune noire paraît plus minéral, plus équilibré en bouche, plus apte au vieillissement ».

 

L’assemblage, une première

 

Devant l’implacable réalité, même Jacky, le paternel, se rend à l’évidence : « le produit est excellent », glisse-t-il. « Le phénomène de Lune noire ramène une fraîcheur naturelle. C’est mieux que la climatisation en cave ». Cette année, la parcelle concernée compte quatre cépages : Riesling, Sylvaner, Gewurztraminer et Muscat. Le « Lune Noire 2010 » sera donc pour la première fois un vin d’assemblage. Sur-maturation, pourriture noble, mélange sur un terroir Grand Cru, le produit fleure bon le haut de gamme. 600 à 700 litres seulement seront mis en bouteille, avis aux amateurs.

 

Vendanges extra-tardives

 

Les Bauer pourraient revendiquer l’appellation vendanges tardives pour cette récolte de nuit, avec un huissier constatant la récolte à la frontale. Mais le but avoué n’est pas celui-là. Ils veulent juste pérenniser l’expérience, peut-être en vinifiant un jour en fûts de chêne. Le succès est déjà au rendez-vous de ces opérations nocturnes. Sur les coteaux, la bonne humeur aussi. Ce sont des « hourrahs » qui accompagnent le décollage de lanternes volantes qui symbolisent le retour de la Lune.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter un commentaire.

 

 

 

 

Afficher les articles par tag

Lunettes solaires, Visiofactory.com, l'Optique à prix d'usine !
Soutenez Planet Portraits sur J'aime l'info

Page

Votre compte

Liens