NEWS
PDF
Imprimer
A- A+
Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur LinkedIn

Roulez, jeunesse !

« En avant roule », l'association qui porte bien son nom : depuis 2001, un groupe de Haut-Rhinois s'évertue à améliorer le quotidien de personnes handicapées à Saint-Louis du Sénégal. A la tête de cette démarche solidaire, Christian Maeder. Un personnage…

Pied-de-nez à un projet qui n'a d'autres buts que de faciliter les déplacements sur la terre ferme, l'histoire commence sur l'eau. Sur une chaloupe, plus exactement. A Dakar, il y a dix ans.

Christian Maeder va visiter l'île de Gorée. Durant le court trajet, il rencontre Abdoulaye. Un gamin aux jambes paralysées par la poliomyélite. Un gamin obligé de se traîner au sol pour se mouvoir, faute de fauteuil roulant. Mais un être humain rayonnant, tout de même.

 

Leur échange sert de déclic. Le « toubab » promet de lui faire parvenir un fauteuil roulant. Dès son retour, il tient promesse. Le fauteuil roulant envoyé, c'est l'un des siens. Tétraplégique suite à un accident dans une gravière, Christian Maeder n’imaginait pas un instant pouvoir sillonner l'Afrique.

Son épouse, amoureuse de Saint-Louis du Sénégal, a tout fait pour l'y emmener. Et Gorée, plate-forme de la traite négrière, fait naître chez son mari un remarquable élan de solidarité. Une démarche d'affranchissement, somme toute, vis-à-vis d'une servitude imposée par un corps meurtri. 

 

Premiers vols

 

Dix ans plus tard, les époux Maeder ne comptent plus les allers-retours entre l’Alsace et le Sénégal. Ils ne comptent plus les fauteuils roulants qui ont fait le même trajet. Quoique... « Au printemps prochain, nous devrions en être à quelque 850 », glisse celui qui est aussi un artiste-peintre reconnu dans la région.

Dénicher le bon interlocuteur sur place a permis à l'initiative personnelle  de prendre du volume. « Lors d'un colloque international sur le sida, mon épouse a rencontré du personnel de l'hôpital de Saint-Louis du Sénégal ». Contact, suggestion, c'était parti.

 

Christian Maeder fait la tournée des institutions et structures spécialisées, des revendeurs de matériel médical, des maisons de retraite. Bien vite, les retours sont positifs et concrets.

Il récupère bon nombre de fauteuils roulants, mais aussi des déambulateurs, des béquilles, des lunettes. Souvent du matériel qui n'a jamais servi. Parfois du matériel usagé et abîmé, qu'il convient de retaper.

 

Fauteuils volants

 

Les premières livraisons s'organisent. Elles se feront par avion, la compagnie suisse Crossair acceptant d'en prendre à bord de ses appareils. Puis, avec le soutien de Rotary clubs, ce sera les transports en conteneur.

En 2006, l'initiative se mue en association, car il faut financer l'acheminement. Le mot d'ordre est simple : « Aider à combler un manque en redonnant vie à du matériel inutilisé ».

 

En tête du peloton associatif, Christian Maeder ne ménage pas ses efforts. Il assure un contact permanent avec l'hôpital sénégalais, et notamment une assistante sociale et un technicien orthoprothésiste. Et les chaudes couleurs de l'Afrique envahissent ses toiles et ses collages.

Sur le terrain, l'équipe franco-sénégalaise réalise un travail de fourmi pour répertorier les besoins et les pathologies. « Il y a beaucoup de paralysies faisant suite à la polio et à des injections mal faites ».

 

Présidents

 

À chaque fauteuil envoyé, une démarche d'analyse est entreprise pour adapter le matériel au cas par cas, notamment au moyen de coques de maintien. L'association dispose sur place d'un atelier pour retoucher le matériel.

Chaque remise se fait ensuite en mains propres, à l'issue d'une cérémonie à laquelle le président Maeder ne désespère pas de voir un jour participer un autre président, celui de la République du Sénégal.

 

D'ici là, « En avant roule ! » a encore du pain sur la planche. Dans un local mis à disposition à Mulhouse par un membre de l'association, une soixantaine de fauteuils sont en attente d'expédition. Rien que cette année, l'association des paralysés de France en a donné une vingtaine.

Hôpitaux locaux, particuliers sensibles, le réseau tourne à plein et pourrait déboucher sur une livraison au printemps prochain. Il faut dire qu'à Saint-Louis, mer, sel et sable entraînent une dégradation rapide du matériel. Les besoins sont donc énormes.

 

Le sage

 

A l'initiative de Christian Maeder, l'association finance depuis quelques mois des interventions chirurgicales en unité d'orthopédie. « Pour une somme plutôt modeste, 250 à 300 euros, des enfants sont remis sur pied et retrouvent ainsi une identité et un rôle au sein de la famille ».

L'intéressé ne parle que très peu de lui. Son ami champion du monde de handbike Patrick Moyses est plus loquace : « J'ai la preuve que les contraires s'attirent. Christian est l'anti-moi, calme, posé, l'air d'un sage. Je l'ai connu au centre de réadaptation de Mulhouse il y a bientôt trente ans, il n'a pas changé ».

 

Le sportif avoue donner l'exemple de l'artiste engagé lorsqu'il témoigne de son parcours dans les écoles. « C'est aussi un champion dans son domaine ».  Les deux ont contribué à développer un nouveau type de fauteuil, genre tricycle, adapté aux exigences de l'Afrique. Les deux parlent même de créer un équipement totalement tout-terrain !

Aucun défi n'a jamais arrêté Christian Maeder. Rien ne lui fait peur, non plus. Pas même la situation actuelle plus que tendue en Afrique subsaharienne. « Certes, la Mauritanie est à quelques encablures de Saint-Louis du Sénégal. Mais pour le moment, il n'y a aucun souci ». Tout roule, quoi...

 

 

Association « En avant roule ! », 03.89.52.76.78, www.enavantroule.fr

 

 

Texte © Planet Portraits, toute reproduction sans mention du site planetportraits.fr est interdite.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter un commentaire.

 

 

 

 

Afficher les articles par tag

Lunettes solaires, Visiofactory.com, l'Optique à prix d'usine !
Soutenez Planet Portraits sur J'aime l'info

Page

Votre compte

Liens