NEWS
PDF
Imprimer
A- A+
Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur LinkedIn

Le trésor est dans la ferme

Haut-Rhin, portrait de MAURICE FISCHESSER - En lisière de banlieue mulhousienne, l’antre de l’agriculteur Maurice Fischesser donne dans le surréaliste. Et s’il n’y avait pas qu’un seul Ecomusée d’Alsace ? Portrait d’un homme de la terre atteint d’une collectionnite des plus aiguës…

Vite, très vite, on se rend compte que l’on a affaire à un personnage. Peut-être déjà quand il explique qu’il a pu récupérer et conserver une carte en toile rappelant que sa famille tenait un relais de diligence à Aspach-le-Bas dans les années…1820. Peut-être aussi à l’instant où il évoque ses voyages programmés cette année, au nombre de…sept. Peut-être enfin alors qu’il endosse, tout guilleret, la blouse qu’il portait, lycéen, à Château-Salins. Autant d’indices qui amènent à penser que Maurice Fischesser n’a pas grand-chose de l’agriculteur classique. Mais cette impression se précise définitivement au moment où l’intéressé, au sourire malicieux d’un enfant qui cache un jouet, décide de s’adonner à l’un des ces passe-temps favoris : jouer les guides aux quatre coins de sa propriété de Galfingue. Plus de doute possible, l’affaire est ô combien sérieuse !

 

Défilé d’automoteurs

 

Dans une ferme regorgeant de ramifications et recoins, il a relevé, et continue plus que jamais de relever au quotidien, le défi d’accumuler un nombre proprement incroyable de témoignages du passé de la région. Tout y passe, et bien plus encore. Dans un premier espace, on croit avoir tout vu en déambulant au milieu d’une collection de 28 tracteurs anciens. « Celui-là date de 1935, l’autre est arrivé en Europe via le plan Marshall, ce petit ne vient pas des Etats-Unis, mais d’un atelier de production dans le Jura », énumère en vitesse Maurice, qui avoue posséder douze tracteurs similaires à ceux que son père avait autrefois. John Deere, Lanz Bulldog, Fordson, les marques et les styles s’enchaînent. La visite ne fait que commencer. Elle prend de la hauteur pour admirer trois belles moissonneuses automotrices, puis un Solex, des luges, des poussettes d’antan. L’écomusée n’est pas loin.

 

Monde parallèle

 

« J’ai reçu une prime pour arrêter la production de betteraves », glisse le guide au détour d’un alignement de vieux vélos colorés. « Aujourd’hui, mes 145 hectares de terres n’accueillent que blé et maïs ». Exploitant agricole majeur, Maurice Fischesser s’est patiemment construit un monde parallèle. « Pas un musée, mais un univers », insiste-t-il. Les bords de route 66 ne sont pas loin avec une série de reliques de pompes à essence ; les champs d’avant révolution agricole non plus avec cette collection d’outillage d’un autre temps. Ici, un extracteur de miel et une des premières machines à laver électriques. Là, une réplique miniature du pont de la rivière Kwaï, une machine à tricoter les chaussettes, une vieille borne kilométrique, un calvaire récemment acheté. Le spectacle est partout, aussi hétéroclite qu’improbable.

 

L’univers d’un artiste

 

Clou de l’aventure, l’immersion dans la plus sérieuse des passions de Maurice : la marqueterie. Son atelier et sa table de dessin débordent de calques, de papier, de pièces de bois en attente de collage. Juste à côté, le show-room de l’artiste présente quelques centaines de ses 2.600 créations réalisées en quarante ans de carrière. « J’ai débuté à l’armée avec un ébéniste ; jamais je n’ai voulu en vendre un seul », explique l’inclassable paysan, ancien président d’une mutuelle d’assurance sur Mulhouse. D’un chevalement à des clowns, de l’abbaye Notre-Dame d’Oelenberg au sigle de Manurhin en passant par la ferme familiale de Wittenheim, le style et les thèmes sont à l’image du site, éclectiques. Des écoles et colonies de vacances ont déjà pris l’habitude de rendre visite à Maurice. Bientôt, il pourrait choisir d’ouvrir réellement « son univers » au public. Sociologiquement, les allées de sa ferme revêtent un intérêt régional certain. De même que la rencontre avec le maître des lieux… Collectionneur vedette, l’agriculteur-artiste réfléchit déjà à un nouveau challenge : aménager une roulotte dans la cour de sa « ferme aux trésors ».

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter un commentaire.

 

 

 

 

Afficher les articles par tag

Lunettes solaires, Visiofactory.com, l'Optique à prix d'usine !
Soutenez Planet Portraits sur J'aime l'info

Page

Votre compte

Liens