NEWS
PDF
Imprimer
A- A+
Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur LinkedIn

Etats-Unis - Brésil 70-68

Gros coup de mou pour les Américains à l’occasion du choc de la poule B contre le Brésil : bien moins fringants que ce week-end, les hommes de coack K ont souffert mille maux pour venir à bout d’excellents auriverde. Une souffrance qui pourrait toutefois rimer avec expérience…

Oh que ce fut dur. Et pas franchement joli. Souveraine lors de ses deux premiers rendez-vous à Istanbul, la sélection US a montré d’inquiétants signes de faiblesse lors de son troisième match en autant de jours. En face, l’intensité du jeu brésilien a suffit à contrecarrer le plan de marche établi par Mike Krzyzewksi. Dès le départ, la défense individuelle tout terrain imprimée par Team USA vole en éclats devant la vitesse des enchaînements de Barbosa et compagnie. Le premier quart-temps est un concours de shoots, avec notamment deux bijoux à longue distance de l’ailier des Raptors sur la tête de Russell Westbrook. Tiago Splitter, précieux (13 points, 10 rebonds) dunke et contre pour un Brésil à 12/17. En face, c’est la Durant-dépendance en attaque. Seul la star du Thunder surnage et fait surnager sa sélection, avec une aisance offensive hallucinante. Seulement, le jeu américain se limite à du un-contre-un. Peu de mouvements sans ballon, peu de solutions. Le collectif sud-américain est un ton au-dessus et encore devant à la pause, emmenée par un surprenant Marcelinho.

 

Durant, Billups, et les autres…

 

Le deuxième acte est bien moins ouvert, les Américains fermant la raquette. Barbosa ne met plus rien ou presque ; le coup de gueule de coach K a au moins eu le mérite de resserrer les boulons défensifs. La fin de match sera marquée du sceau de Billups et de la maladresse. Le premier décide, enfin, de prendre le jeu à son compte et ça paie, notamment avec ce qui s’avèrera être le tir de la gagne sur un drive compliqué fini au contact de Splitter. La seconde empêche le Brésil de réaliser un authentique exploit. La fin de match est celle des 3 points, même ouverts, ratés en série. L’ultime action résume le tout : Marcelihno a deux lancers pour aller en prolongations, rate le premier, puis volontairement le second. Sur le rebond, Barbosa échoue de près. Les Américains restent invaincus. Mais avec uniquement Durant (27 points), Billups, voire Rose. Contre le Brésil, le quatuor Gay-Iguodala-Westbrook-Gordon n’a pas mis un panier. Pour autant, rien n’indique que la sélection ne saura pas apprendre d’une victoire aussi étriqué et, avouons-le, moche. Cette équipe manque cruellement d’expérience. L’engranger dans le succès a du bon…

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter un commentaire.

 

 

 

 

Afficher les articles par tag

Lunettes solaires, Visiofactory.com, l'Optique à prix d'usine !
Soutenez Planet Portraits sur J'aime l'info

Page

Votre compte

Liens