NEWS
PDF
Imprimer
A- A+
Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur LinkedIn

L’éveil du basket africain ?

Et s’il n’y avait pas que l’Angola pour défendre haut les couleurs du basket africain ? La Côte d’Ivoire et la Tunisie espèrent remporter au moins une rencontre dans ces Mondiaux pour prouver qu’elles existent à l’échelon international. Analyse avec Lamine Badiane, responsable communication du département Afrique de la FIBA…

« J’ai hâte de voir les Etats-Unis sans leurs ténors. C’est la première fois que j’ai l’occasion de voir évoluer une sélection américaine. Mais attention, je ne suis pas à Istanbul en vacances ! » Ancien journaliste sportif à TV5 Afrique, le Sénégalais Lamine Badiane ne boude pas son plaisir d’assister à ses premiers Championnats du Monde de basket. Lui qui a déjà couvert une dizaine de Coupe d’Afrique des Nations de football ou le Tour du Burkina Faso a rejoint la FIBA voilà un an. « Ici, ma mission quotidienne, c’est d’avoir bon pied bon œil : regarder, observer, apprendre d’une organisation dont la rigueur ferait du bien à nos compétitions continentales ».

 

Qui derrière les Angolais ?

 

Lamine Badiane se projette déjà vers la prochaine grande échéance continentale, la Coupe d’Afrique des Nations (Afrobasket) à Abidjan en 2011. Il espère y voir la confirmation d’une tendance : l’hégémonie de l’Angola semble plus que jamais remise en question. Champions d’Afrique en titre depuis 1999, et dix fois sur les onze dernières éditions, les Lusitanophones sont notamment concurrencés par les qualifiés mondiaux tunisiens et ivoiriens. « Avant tout, le rapport des forces est en train d’évoluer car la diaspora du basket africain accepte enfin de venir en nombre jouer pour les sélections. L'amour du maillot et de la nation revient au goût du jour ». La tendance conduit à un resserrement des valeurs vers le haut, renforcé par l’ouverture du sport africain aux universités américaines, et vice versa. Badiane le Sénégalais n’oublie ainsi pas « son » équipe nationale en pleine reconstruction, conduite par ses grands expatriés Desagana Diop et Boniface N’Dong. Tout en souhaitant que sa sélection de cœur, la France « et ses nombreux Africains », aille aussi loin que possible dans ces Championnats du Monde. En voilà un, qui, depuis Istanbul, aura savouré la retentissante victoire tricolore du jour contre les tenants du titre espagnols, au moins autant que la résistance tunisienne face au Brésil lors du deuxième jour. Promis (ou presque), quand il y aura 32 équipes aux Championnats du Monde, le nombre de sélections africaines retenues sera aussi revue à la hausse. Le temps pour le basket du continent noir de parfaire sa montée en puissance...

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter un commentaire.

 

 

 

 

Afficher les articles par tag

Lunettes solaires, Visiofactory.com, l'Optique à prix d'usine !
Soutenez Planet Portraits sur J'aime l'info

Page

Votre compte

Liens